Les risques psychosociaux et le management

Catégorie : 

Quel est le lien entre les risques psychosociaux et le management ? Selon une publication de la Darès*, intitulée "Pilotage du travail et risques Psychosociaux", 30% des salariés n’ont ni entretien individuel d’évaluation, ni objectifs chiffrés. 13 % ont des objectifs chiffrés mais sans entretien individuel fondé sur des critères précis et mesurables. L'étude montre que ces derniers sont suréxposés aux facteurs de risques psychosociaux : demandes psychologique et émotionnelle importante, existence de conflits éthiques, insécurité, soutien social moins important. Ces travailleurs signalent aussi plus souvent être en mauvaise santé physique et mentale.

Ce qui ressort de l'étude de la Darès, c'est le lien entre l'absence de rendez-vous annuel et plus globalement, d'une évaluation cadrée pour le salarié et les risques psychosociaux. Les résultats de l'étude suggèrent que si les critères sont jugés par le salarié « précis et mesurables », l’évaluation individualisée peut être un espace de débat sur le travail qui permet non pas de négocier la charge de travail, mais de renforcer certaines ressources (autonomie, soutien, reconnaissance...) qui permettent au salarié de faire face.

Il est donc important dans la prévention des RPS de distinguer la fixation d’objectifs chiffrés et l’utilisation de critères d’évaluation du travail « précis et mesurables ». Plutôt d’ordre qualitatif ces derniers semblent pouvoir jouer un rôle protecteur concernant l’exposition des salariés aux risques psychosociaux et donc la préservation de leur santé. 


Les résultats présentés dans l'étude de la Darès montrent une association entre dispositifs de pilotage du travail et expositions aux facteurs de risques psychosociaux. Pour chacun des 6 grands facteurs de risques psychosociaux au travail identifiés par le rapport Gollac en 2011, la fixation d’objectifs chiffrés précis est associée à une plus forte exposition. L’intensité du travail, le manque de soutien social, la demande émotionnelle, les conflits éthiques, l’insécurité socio-économique et, dans une moindre mesure, le manque d’autonomie sont systématiquement plus élevés pour les salariés dont le travail est piloté par des objectifs chiffrés, même quand on contrôle les effets des caractéristiques observables du salarié et de son établissement. 

Mieux comprendre les RPS : Selon le rapport Gollac, ce qui constitue un risque psychosocial pour la santé n’est pas sa manifestation, mais son origine. Les risques psychosociaux sont donc définis comme « les risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi, les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental ».

* réalisée à partir des résultats de l’enquête Sumer 2010

 

Pour aller plus loin, le SSTRN propose les ateliers "Prévenir les risques psychosociaux Pourquoi ? Comment ?"