Risques professionnels : les évolutions des 20 dernières années

Catégorie : 

Dans son étude Sumer 2017, la Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) mesure l’évolution des expositions des salariés aux risques professionnels. Dans le secteur privé, la plupart des expositions des salariés aux contraintes physiques ont baissé entre 1994 et 2017, à l’exception du bruit et l’intensité du travail a augmenté.

Quelles sont les évolutions des expositions aux contraintes physiques, aux agents chimiques et biologiques ces dernières années ? Est-ce que les contraintes organisationnelles continuent de s’intensifier ? Quelle perception les salariés ont-ils de leur travail en 2017 par rapport aux années précédentes ? Comment ont évolué les pratiques formalisées de prévention ? Ces questions sont les axes de réflexion de l'enquête Sumer 2017 de la Dares.

Nuisances sonores en hausse

Les expositions des salariés aux contraintes physiques ont baissé entre 1994 et 2017, à l’exception du bruit. Les nuisances sonores concernent 32% des salariés (contre 27% en 1994). Tous les secteurs sont marqués, plus spécialement la construction et les ouvriers qualifiés (68 %). Ces expositions aux risques physiques, chimiques et biologiques s’inscrivent dans un contexte organisationnel toujours très contraint. 56% des salariés ont un rythme de travail imposé par une demande extérieure obligeant à une réponse immédiate. La proportion de salariés subissant une tension au travail a grimpé de 27 % en 2003 à 32 % en 2010 avant de se stabiliser. Deux salariés sur trois estiment qu'on leur demande de travailler très vite.

Un salarié sur 10 exposé à au moins un produit cancérogène

L’exposition à au moins un produit chimique concerne un tiers des salariés en 2017 et 19 % des salariés sont exposés à au moins un risque biologique. L'enquête indique également que les expositions à au moins un produit cancérigène ont baissé entre 2003 et 2017, mais concernent encore plus de 1,8 millions de salariés. « En 2017, les salariés les plus exposés sont toujours ceux de la construction (31 %) et les ouvriers qualifiés (30 %). Cependant, l’évolution de ces expositions apparaît très variable selon les produits. À titre d’exemple, le nombre de salariés exposés au perchloroéthylène et au trichloroéthylène diminue fortement, en lien avec les évolutions réglementaires et technologiques », indique la Dares.

En 2016 et 2017, l’enquête Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels (Sumer) a été réalisée par 1 200 médecins du travail (encadré 1) auprès de 26 500 salariés du secteur privé et des trois versants de la fonction publique (hospitalière, territoriale et de l’État), représentant près de 25 millions de salariés.


En savoir plus :

Dares Analyses : Comment ont évolué des expositions des salariés du secteur privé aux risques professionnels sur les vingt dernières années ? Enquête Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels (Sumer) 2017. 

Les éditions précédentes de cette enquête ont été menées en 1994, 2003 et 2010.