Comment associer cancer du sein et vie professionnelle ?

Catégorie : 

Selon la Ligue contre le Cancer, une femme sur dix est touchée par le cancer du sein et plus de 50 000 cas sont détectés chaque année. La vie professionnelle peut être perturbée par la maladie que cela soit par la fatigue ou par les effets secondaires des traitements et/ou du cancer. Alors, est-il possible d'associer cancer du sein et activité professionnelle ?

La situation actuelle du cancer du sein en France

Environ 30% des femmes atteintes du cancer du sein ont le fait le choix de continuer leur activité professionnelle sans arrêt de travail. Leurs sources de motivation principales sont généralement le fait de conserver leur ancien rythme de vie, de conserver des relations sociales et de garder le moral. Mais il faut aussi penser à soi et prendre son temps, c’est un composant important de la guérison. Malgré les avancées dans le domaine médical, la réaction aux traitements dépendra de chaque femme : le fait de continuer de travailler doit être un choix personnel et pas une obligation, mais qui n’est pas toujours réalisable. Chaque femme aura des besoins et des capacités différents d’une autre.

Plus récemment, l’INSERM a publié une étude (CECILE 2018) qui montre un lien de causalité entre le travail de nuit et le cancer du sein. Il est écrit que pour les femmes non ménopausées, l’activité professionnelle de nuit (entre minuit et cinq heures du matin) fait croître le risque du cancer du sein de 26%. Ce pourcentage est encore renforcé chez les femmes qui travaillent de nuit plus de deux soirs par semaine pendant 10 ans et plus. L’étude établit également que des perturbations du rythme circadien (horloge biologique) et l’exposition à la lumière en pleine nuit (qui supprime une large part de l’apport de mélatonine), pourraient être la cause de ce risque d'augmentation, puisque le travail de nuit pourrait rompre l’équilibre de certaines fonctions biologiques.  

Vos droits en cas de maladie 

Pour un salarié, ce sera son médecin qui pourra lui prescrire un arrêt de travail. Le droit du travail confère certains aménagements réservés aux salariés atteints d’un cancer : l’autorisation d’absence pour raisons médicales, l’aménagement de poste (autre emploi approprié) ou encore le mi-temps thérapeutique (reprise du travail à temps partiel pour motif thérapeutique après un arrêt total prescrit par le médecin du travail).

Le retour à son activité ou la réinsertion professionnelle commence par la prise de contact qui devra s’effectuer avec le médecin traitant, l’oncologue et le médecin du travail. Pour gérer un retour en entreprise après plusieurs mois d’absence, il faudra passer par une pré-visite médicale, idéalement plusieurs semaines avant la reprise officielle, pour faire le bilan de l’état de santé. Le médecin jugera si l'employé est apte ou non à reprendre son activité, ou s’il doit bénéficier d’un aménagement de poste.

Pour pallier les mauvaises pratiques des entreprises face à un salarié atteint d’un cancer (ignorance, ambiance désagréable voire même licenciement), nous ne pouvons que prôner la prévention et la sensibilisation en entreprise pour mieux comprendre et mieux réagir en tant qu’employeur mais aussi en tant que salarié. 

N’oubliez pas le dépistage, il peut vraiment vous sauver la vie. Il y a environ 87% de chance de guérison si l’on est dépisté assez tôt.


En savoir plus :

Le Plan Cancer : 

On peut aussi noter l’apparition de fortes initiatives comme Le Plan Cancer 2014-2019, dont le but est de lutter contre le cancer, d’améliorer la prise en charge des malades mais aussi de favoriser le retour à l’activité professionnelle, même s’il est difficile.

L'association Cancer @ Work : 

L'association Cancer@Work, créée par une “CancerSurvivor” qui se mobilise pour soutenir l’insertion, le maintien dans l’emploi et la qualité de vie au travail des personnes touchées par un cancer. Elle souhaite aussi faire évoluer les mentalités et les pratiques au sein des entreprises. Elle a même mis en place la création d’une compétence Linkedin “Fighting Cancer” pour changer le regard porté sur les malades dans le milieu professionnel.