Accidents du travail et maladies professionnelles : une tendance à la hausse en 2018

L’Assurance Maladie - Risques Professionnels a récemment publié le bilan 2018 des accidents du travail et de maladies professionnelles. Selon le rapport, la sinistralité connaît une légère hausse en 2018.

Le nombre d’accidents du travail est augmentation avec 651 103 nouveaux sinistres reconnus (+ 2,9 % par rapport à 2017). Tous les secteurs d’activité sont concernés par cette augmentation, en tête desquels on trouve les activités d’intérim et d’aide et soins à la personne (+ 5,0 %) ainsi que l’industrie du bois (+ 4,5 %). 

Après 3 années consécutives de baisse, la tendance est également à la hausse pour les maladies professionnelles avec une augmentation de 2,1 % du nombre de nouvelles pathologies reconnues. Cette hausse s’explique notamment par les troubles musculo-squelettiques en hausse de 2,7 % en 2018. Quant aux affections psychiques liées au travail, ils continuent leur hausse avec 990 cas reconnus (200 de plus qu’en 2017).

Cependant, Anne Thiebauld, Directrice des risques professionnels par intérim de la Caisse nationale de l’Assurance Maladie nuance ces chiffres « En dépit d’une évolution à la hausse des accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP) constatée en 2018, à mettre en parallèle avec la reprise économique, la sinistralité reste, comparativement à ces 20 dernières années, à un niveau historiquement bas. ». 

Des aides financières pour prévenir les risques

Pour aider les petites et moyennes entreprises à investir dans la prévention, l’Assurance Maladie - Risques professionnels a accordé 32 millions d’euros d’aides financières en 2018. Ces dispositifs sont renforcés depuis début 2019 pour accompagner les entreprises avec une forte sinistralité sur un risque donné et les aider à protéger leurs salariés. L’Assurance Maladie - Risques professionnels propose deux types d’aides financières : des subventions prévention TPE pour les établissements de moins de 50 salariés et des contrats de prévention pour les moins de 200 salariés.


Consulter le rapport complet