LE RADON : en savoir plus sur ce risque professionnel et ses moyens de prévention

Catégorie : 

L’exposition professionnelle au radon est, depuis le 1er juillet 2018, un facteur de risque à évaluer et intégrer dans l’évaluation des risques professionnels. Pour rappel, le niveau référence de concentration dans l’air est de 300 Bq.m3 en moyenne annuelle.

  •  Nature du radon
    • Gaz radioactif incolore et inodore
    • Emission de particules radioactives à durée de vie courte (polonium 218 et 214)
    • Emission de rayonnements ionisants
  • Effets sur la santé
    • Lésions au contact direct des organes par inhalation par les particules Po 218 et Po 214
    • Dépôt dans les voies respiratoires pouvant entrainer un cancer broncho-pulmonaire par une exposition interne au rayonnement
    • Chiffre : 2nde cause de cancer broncho-pulmonaire derrière le tabac – 3000 décès/an en France (source : INRS)
  • Localisation
    • Partie basse de bâtiment tel que rez-de chaussez et sous-sol
    • Diffusion par le sol, par les parois et se concentrant dans des espaces clos et mal ventilés
  • Contrôle de l’exposition
    • Déterminer sa zone géographique d’exposition : irsn.fr/carte-radon
    • Faire un contrôle de la ventilation et de l’étanchéité du bâtiment par rapport au sol
    • Zone 1 : Pas d’obligation de mesure sauf si l’employeur a connaissance de spécificités liées au terrain ou à un travail en sous-sol, en milieu confiné.
    • Zone 2 : Se renseigner auprès des services territoriaux - vérifier si présence de tunnels, cavités, mines… => mesures à réaliser.
    • Si en zone 3 => obligation de réaliser des mesures avec des DTSN (détecteurs solides de traces nucléaires)
    • Mesurage à réaliser de préférence en hiver sur 2 mois consécutifs minimum dans les lieux ciblés
    • Résultats > 300 Bq.m3 => mise en place d’actions correctives
  • Moyens de prévention
    • 2 principes à retenir : limiter la pénétration dans le bâtiment ET diluer le radon présent
    • Est obligatoire dans tous local fermé avec salariés d’assurer le renouvellement d’air par ventilation mécanique ou ventilation naturelle permanente.
    • Exemple d’actions simples :
      • Aération régulière des locaux
      • Vérification de l’état et de l’efficacité de la ventilation, avec correction d’éventuels dysfonctionnement
      • Colmater les fissures dans les murs, sols, joints, canalisation, …
      • Mise en dépression du sous-sol avec ventilation vers l’extérieur
  • À savoir
    • Si après mise en place d’actions de prévention, le niveau reste supérieur à 300 Bq.malors il doit être envisager d’estimer la dose de radioactivité reçu par les salariés – référence réglementaire à ne pas dépasser 6mS/an.
    • Un diagnostic technique du bâtiment avec des experts peut aussi être envisagé afin d’identifier les causes précises et orienter vers des solutions adaptées.
    • En cas d’exposition avérée au radon, dans une zone limitée avec suivi dosimétrique => suivi médical renforcé par le médecin du travail

 


Pour plus d’info :
https://www.sstrn.fr/actualites/radon-nouvelle-reglementation-normes-renforcees
http://www.inrs.fr/risques/radon/ce-qu-il-faut-retenir.html

Documents téléchargeables :
http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206373
http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%204322