Comprendre les trois stades de la lutte contre une pandémie

Catégorie : 

Pour définir la réponse sanitaire à une épidémie de grande ampleur, le gouvernement s’appuie sur le Plan de prévention et de lutte Pandémie Grippale*, qui décrit trois stades dans l'organisation de la réponse, plus un quatrième qui prépare le retour à la normale.


Voici, sans aucune modification de texte, ce que préconise ce document.

Stade 1 : Freiner l’introduction du virus sur le territoire

C’est une phase de détection précoce des premiers cas arrivant sur le territoire, avec mise en œuvre de mesures telles que le contrôle sanitaire aux frontières, la prise en charge médicale des cas et de leurs contacts, la mise en place de mesures barrières. Le stade 1 est sans objet si le foyer épidémique est sur le territoire national.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

  • Ce stade « de freinage » consiste à retarder l’introduction de la maladie sur le territoire, pour mieux préparer : 
  • un vaccin pandémique afin qu’il soit disponible, si possible, avant une vague majeure, 
  • la distribution de produits de santé et matériels dédiés, 
  • le système de soins pour faire face durablement à un afflux de patients
  • un contrôle sanitaire aux frontières n’est efficace qu’au début de l’épidémie, lorsque les cas sont rares en France,
  • l’interruption des vols vers les destinations touchées est une mesure ayant peu d’effet,
  • le contrôle est plus efficace s’il peut être coordonné à l’échelle européenne ; il se fonde sur une application du Règlement sanitaire international (RSI) avec des points d’entrée en France prédésignés et équipés (…)


Stade 2 : Freiner la propagation du virus sur le territoire

C’est une phase de mise en œuvre des mesures-barrières et de montée en puissance du système sanitaire, dès lors que se développent des cas isolés autochtones ou de petits foyers sur le territoire.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

  • A ce stade, le virus circulant sur le territoire, il s’agit de ralentir sa propagation, notamment pour gagner le temps nécessaire à la montée en puissance du système sanitaire ou à la préparation d’un vaccin.
  • au stade 2, il convient d’économiser les personnels et les moyens, afin de conserver un potentiel pour l’étape très exigeante de la vague pandémique (stade 3),
  • l’épisode pandémique de 2009 paraît confirmer un effet retardateur des mesures barrières. Elles sont à encourager, tout en les modulant en fonction de l’impact de l’épidémie,
  • pour être efficaces, les mesures de fermetures de classes ou d’établissements d’enseignement doivent être prises dès l’apparition des premiers cas (…)


Stade 3 : Atténuer les effets de la vague épidémique

L’augmentation rapide du nombre de cas signe le début de la vague épidémique. le stade 3 marque l’arrêt de la surveillance individuelle des cas par l’institut de veille sanitaire. il s’agit dès lors de limiter la contagion par des mesures barrières, de réduire la charge sur le système de santé, de limiter l’absentéisme au travail, de renforcer la capacité de réponse sanitaire.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

  • Pendant la vague épidémique, la saturation du système sanitaire peut intervenir très vite. L’alerte doit donc être très rapide et les mesures de réponse doivent pouvoir être déclenchées sans délai,
  • en cas de saturation des moyens sanitaires, des priorités de traitement devront être appliquées,
  • à l’échelle d’une grande entreprise, le pourcentage de personnes malades simultanément ne devrait pas dépasser 10%, mais il peut être sensiblement plus important à l’échelle de groupes de personnes travaillant ensemble. L’absentéisme en situation de pandémie pourra être supérieur au nombre de malades (garde d’enfants, difficultés de transport, etc.),
  • une fermeture des écoles peut participer à l’atténuation de l’impact d’une pandémie. D’après une étude de l’INSERM sur des situations réelles, les vacances scolaires pendant une épidémie entraînent une réduction d’environ un quart de l’incidence de la grippe saisonnière chez les jeunes »

* Document d’aide à la préparation et à la décision d’octobre 2011, remplaçant le plan précédent de février 2009.