Une organisation respectueuse des personnes

Malgré l'impression de retrouver enfin une liberté, sortir d'une période de confinement aussi longue (deux mois) ne sera pas facile. Les personnes, employeurs et salariés, sont touchés psychologiquement par ce qu'ils viennent de vivre, pour diverses raisons, toutes valables, et le retour s'accompagnera de la découverte de conditions de travail et de vie qui seront modifiées.

Prendre conscience des difficultés psychologiques à venir
Porter une attention particulières aux personnes

 


 

Prendre conscience des difficultés psychologiques à venir

Après une longue période de confinement, la reprise de l’activité se profile et bon nombre de salariés vont reprendre le travail dans une entreprise qu'ils vont retrouver changée car la situation nécessite de nouvelles organisations de travail et de nouvelles façons de travailler.

Dans ce contexte, l’état d’esprit des salariés reste à évaluer. En effet, chacun aura vécu le confinement différemment et n’aura pas la même charge émotionnelle. Certains auront été en arrêt de travail préventif ou en arrêt pour garde d'enfants, d’autres auront effectué leur mission en télétravail, d'autres enfin auront continué à travailler dans leur entreprise… dans ces deux cas parfois avec une charge de travail augmentée et des conditions d'exercice dégradées.

Parallèllement, les restrictions sociales ont pu être mal supportées, tout comme l’éloignement du collectif de travail ou encore le changement de fonctionnement induit par la mise en place du télétravail ou de nouveaux outils.

Des études récentes montrent qu’il faut être vigilant sur la détresse psychologique dont le niveau peut être élevé chez les salariés. Le risque d’anxiété, voire d’angoisse, est réel et lié à la crainte : crainte de la contagion, crainte de revenir dans un contexte différent, crainte de se sentir perdu par-rapport aux collègues, crainte liée à la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée dans un contexte où les contingences restent fortes par exemple pour la garde des enfants.

 


 

Porter une attention particulières aux personnes

Pour toutes les raisons évoquées plus haut, il est conseillé aux employeurs de considérer cet aspect psychologique et de prendre le temps de l’évaluer.

Après les gestes barrières, il faut réfléchir aux actions à mettre en place pour sécuriser la santé psychologique des salariés :

  • ouvrir des espaces de délibération au travail, avec un manager ;
  • sensibiliser les managers, puis les salariés, au risque psychologique particulier à la période ;
  • informer des numéros d'appel ou sites internet utiles à l'accompagnement des personnes en difficulté ;
  • rappeler les coordonnées du service de santé au travail qui suit l'entreprise pour solliciter une visite ;
  • avoir une attitude bienveillante et empathique, en développant l'écoute du vécu des salariés, la confiance, la prise en compte des suggestions.

En pratique, et tenant compte de l’aspect psychologique de chacun, une réorganisation de la vie quotidienne du travail s’impose. Si celle-ci doit garantir les règles de protection des personnes, elle devra chercher aussi à préserver le lien social que permet le travail.

Ainsi, une attention particulière sera développée lors de certains temps particuliers de la vie quotidienne :

  • l'arrivée dans l’entreprise sera un temps privilégié pour se saluer, évaluer l’état d’esprit des salariés et échanger quelques informations ;
  • le passage au vestiaire sera échelonné pour veiller aux règles de distanciation et les salariés invités à se laver les mains à l’arrivée et à la sortie ;
  • les temps de pause seront ritualisés pour s’assurer, d’abord, de la réalisation des mesures de protection (désinfection des surfaces, aération de la salle de pause, lavage des mains avant et après, nettoyage des surfaces touchées…) ;
  • les pauses cigarettes se feront en solitaire ou en très petit nombre en respectant la distanciation, et le lavage des mains conseillé avant et après ;
  • les modalités des réunions devront tenir compte des personnes effectuant du télétravail et veiller à ce que chaque participant en soit contributeur et en tire-partie, en vérifiant la qualité de la liaison en début de réunion et de la disponibilité de chacun, en s’assurant de la bonne compréhension par tous, en adaptant l’heure et la durée des réunions, en répartissant le temps de parole, en envoyant des compte-rendus…
  • les débriefings de la journée permettront d’améliorer le fonctionnement collectif et de valoriser les bonnes idées.

Ainsi, en préservant le dialogue, chacun pourra contribuer à l’amélioration du fonctionnement collectif nécessaire pour retrouver la performance de l’entreprise. Ces actions menées par chacun permettront de partager collectivement cette période, de mieux la surmonter pour continuer à travailler ensemble, de s’approprier les nouvelles organisations tout en développant un sentiment d’appartenance et de reconnaissance.


Ce contenu est généraliste à la date de mise à jour de cette page et susceptible de modification en fonction des recommandations des autorités sanitaires. Pour tout conseil personnalisé, contactez votre médecin du travail.