Semaine de la santé auditive au travail : protégez vos oreilles !

Catégorie : 
Mots-clés : 

À l’occasion de la seconde édition de la semaine de la santé auditive au travail qui se tient du 23 au 28 octobre, il est important de rappeler que, si le bruit ne tue pas directement, il affaiblit l’homme dans ses capacités et impacte son état général de santé et son équilibre de vie. Tous ensemble, il faut œuvrer pour que la santé auditive soit un nouvel axe de qualité de vie au travail et de performance au service du management.

Le bruit est un son qui devient gênant, voire dangereux, au-delà d’une certaine limite. Les risques pour la santé augmentent principalement avec l’intensité du bruit et la durée d’exposition.

  • 1 actif sur 2 se dit gêné par un niveau sonore trop élevé au travail, 4 actifs sur 10 portent des protections individuelles contre le bruit, mais près de 60% n’ont jamais bénéficié d’un dépistage auditif (source enquête JNA Ipsos « Bruit au travail »).
  • Près de 80% des salariés du tertiaire disent être gênés par le bruit ; 91% des actifs ouvriers déclarent être en difficulté par rapport au bruit ; 80% des actifs indiquent rencontrer des difficultés à suivre des conversations à cause du bruit ambiant (source enquête JNA Ifop 2016 « les nuisances sonores et leurs impacts sur la santé »).
  • Lors de la dernière campagne de dépistage de l’audition réalisée par la JNA au sein d’une entreprise du secteur tertiaire, sur 400 collaborateurs testés, 100 d’entre eux présentaient des baisses de l’audition non significatives nécessitant un bilan complet chez le médecin ORL et 25 souffraient de pertes significatives de l’audition nécessitant un appareillage.
  • Les surdités professionnelles occupent la 3e place des maladies professionnelles représentant un coût de 100000 € par actif touché (source Ministère de la santé).
  • Selon l’enquête Ifop/JNA 2016, 1 actif sur 5 en poste perd plus de 30 minutes de travail à cause de la gêne du bruit dont 29% des moins de 35 ans et 32% des cadres et professions intellectuelles supérieures.

Quels sont les risques pour la santé ?

Les effets sur l'audition

  • fatigue auditive
  • acouphènes
  • surdité progressive, profonde, irréversible

Le risque majeur est la perte d’audition. Elle apparaît suite à des expositions trop intenses ou trop longues… et elle est irréversible. La surdité ne veut pas dire ne plus rien entendre, mais ne plus comprendre ce que l’on entend.

Les effets sur l'organisme

  • fatigue, troubles du sommeil
  • troubles digestifs
  • nervosité, agressivité, irritabilité, anxiété
  • augmentation de la fréquence respiratoire, du rythme cardiaque, de la tension artérielle
  • contractures musculaires

Les effets sur le travail

  • difficultés de concentration, risque d’erreur dans la tâche à accomplir
  • perturbations de la communication, pertes d’information
  • effets de masque, fatigue auditive
  • risque d’accident du travail 

Quelles sont les enjeux pour l'entreprise ?

La fatigue auditive et les surdités non prises en charge réduisent les capacités de concentration et la performance individuelle in fine génère un coût social élevé compte tenu des nombreux dysfonctionnements induits.
Pour l’évaluer, il suffit de mesurer la perte d’efficacité due à la fatigue auditive et de la ramener au coût horaire de chaque salarié. La seule estimation de 2 heures par jour par actif au travail amènerait à un coût social de plusieurs milliards en France (source : ADEME /CNB).

Il est nécessaire de bien connaître les effets du bruit sur l’oreille pour en mesurer les impacts directs (traumatisme sonore aigu, acouphènes et surdités moyennes à sévères) et indirects (risques cardiovasculaires, risques psychosociaux, troubles du sommeil, perte de vigilance, etc.). Ces impacts sont générateurs de coûts humains et financiers tant au niveau macroéconomique (collectivité) que microéconomique (au sein de l’entreprise).

La santé auditive est un formidable levier sous-estimé :

  • en gain de performance
  • en bien-être au travail
  • en gain d’organisation
  • en gain de dialogue social

Les mécanismes de l’audition restent insuffisamment compris par les différentes générations de la population. Les dégâts sont présents chez les jeunes et les adultes. Il est nécessaire de développer une politique proactive et cohérente, en responsabilisant le collectif comme l’individu et améliorer la santé auditive au travail.

Quels sont les moyens de prévention ?

Toute action de prévention contre le bruit commence par une évaluation du risque de la part de l’employeur. Connaître l’environnement sonore de son entreprise permet de mettre en place les moyens de prévention adaptés. Le SSTRN peut vous accompagner, n'hésitez pas à contacter à votre médecin du travail. 

Le moyen de prévention le plus efficace est la réduction du bruit à la source et donc de privilégier les protections collectives. Par exemple : acheter une machine plus silencieuse, modifier le processus de production, réduire la propagation du bruit en isolant la machine bruyante (encoffrement), installer les écrans acoustiques, insonoriser les locaux...

Lorsque ces solutions ne peuvent pas être mises en place ou ne permettent pas d’obtenir une réduction suffisante du niveau sonore, les mesures de lutte contre le bruit doivent être appliquées directement aux travailleurs. Par exemple : limiter la durée des travaux bruyants et mettre en place des protections individuelles (bouchon d'oreille). Le port de ces protecteurs devient obligatoire au-delà de 85 dB(A).


 

Pour en savoir plus sur la semaine de la santé auditive au travail : http://www.sante-auditive-autravail.org

Les conseils prévention du SSTRN