Enceinte et au travail ? Pas forcément une mauvaise idée

Mots-clés : 

Le colloque annuel de la fondation PremUp a balayé quelques idées reçues, comme celle qui dit que travailler jusqu'au terme d'une grossesse serait mauvais pour la santé de la maman et du bébé.

"L'arrêt de travail peut provoquer un mal-être important chez certaines. Au niveau de la santé de bébé, il vaut mieux parfois continuer à travailler". Le Pr Deruelle, professeur en gynécologie obstétrique à la maternité Jeanne de Flandres à Lille, tord le coup à l'idée de plus en plus généralement admise que la femme enceinte doit s'arrêter  au troisième trimestre de grossesse. Un avis partagé par les autres spécialistes réunis le 30 juin par la fondation PremUp, qui pensent que stopper l'activité professionnelle pourrait finalement faire plus de mal que de bien, notamment parce que, arrêtée, la femme enceinte marche moins, fait moins d'activité physique, grignote davantage. Le problème est également dans la tête, la femme enceinte étant rapidement soumise à la solitude.


Les 8e Assises de la fondation PremUp se sont tenues mardi 30 juin au Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Cette année, plus de 200 personnes étaient présentes pour échanger. L'occasion, notamment, d'un état des lieux sur les bonnes pratiques mises en œuvre dans les entreprises. Parmi les intervenants : Dr Boris Cyrulnik (neurologue, psychiatre et directeur d'enseignement), Pr Philippe Deruelle (professeur de gynécologie-obstétrique), Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles (chercheur épidémiologiste), Paul-Loup Weil-Dubuc (philosophe) et d'autres orateurs du monde scientifique et de l'entreprise...


Le site de la fondation Premup. Télécharger les actes de la journée à partir du 8 juillet.
L'article du site parents.fr.
L'article sur le site magicmaman.com