En hausse, l'absentéisme au travail présente une facture élevée

Mots-clés : 

Deux études publiées début septembre indiquent une hausse de l'absentéisme au travail en 2014, une situation qui s'aggrave régulièrement et qui présente aujourd'hui une facture très lourde pour les entreprises.

Si les chiffres diffèrent un peu, la tendance est la même, traduisant une augmentation du nombre moyen de jours d'absence des salariés en 2014. Et la facture est élevée puisque le coût direct pour les entreprises est évalué à 45 miliards d'euros si l'on prend en considération le maintien du salaire, le coût du remplacement temporaire et la perte de valeur du fait de l'absence du salariés titulaire. Une facture qui pourrait grimper à 60 milliards en prenant en compte des coûts indirects tels que la prévention, la prévoyance, les cotisations AT/MP).

L'étude du groupe Malakoff Médéric, menée sur 3 millions de salariés d'entreprises clientes, pointe une moyenne de 18,1 jours contre 17,4 en 2013, impactant d'abord les femmes (35,6% ont eu au moins un arrêt contre 29,3% des hommes), les 30-39 ans (36%) et les salariés du secteur de la santé (37,2%).

Le baromètre Alma Consulting Group relève, quant à lui, une moyenne de 16,7 jours d'absence l'an dernier contre 15,6 en 2013, et précise les raisons invoquées par les salariés au-delà des motifs de santé ou d'ordre personnel, pointant ainsi la mauvaise organisation ou des conditions de travail difficiles (9%), le manque de reconnaissance (7%), la charge de travail (6%), la mauvaise ambiance (4%) et le manque de soutien managérial (4%).


Le baromètre Alma Consulting Group.
L'étude menée par Malakoff Médéric.