Tests antigéniques : le SSTRN met en place une cellule d'action dédiée

Catégorie : 

Pour préparer la réalisation des tests antigéniques dans les entreprises, le SSTRN met une équipe d'intervention en protocole d'action pour encadrer les demandes et assurer des conditions d'intervention optimales. Active dès le lundi 21 décembre,  et son mode opératoire a été testé.

Dans la démarche de l'État* ayant pour objectif d’anticiper de possibles clusters, les services de santé au travail sont appelés à pouvoir réaliser des tests dans les entreprises.

Pour remplir cette mission, le SSTRN a mis en place une cellule d'action dédiée, composée de deux conseillers en prévention pour l'analyse des demandes et le repérage des situations, accompagnés de trois infirmiers santé travail qui réaliseront les tests sur le terrain auprès des salariés des entreprises.

La réalisation de tests doit répondre à la demande de l'employeur et correspondre aux caractéristiques de l’arrêté préfectoral pour la Loire-Atlantique. qui précise qu'elles sont possibles dans :

  • les EHPAD,
  • les établissements médico-sociaux,
  • les établissements de santé.

Ces tests antigéniques en entreprise sont destinés à tester les collectifs de salariés. Les demandes de test individuel doivent être réalisées auprès des acteurs habituels du département.


 

LE PROTOCOLE D'INTERVENTION

Afin de répondre aux demandes dans le respect des conditions sanitaires, un protocole cadrer la programmation et le déroulement des interventions dans les entreprises.

  1. L'adhérent émet une demande de réalisation d'une campagne de test dans son entreprise en contactant le centre dont il dépend, par mail ou téléphone. Liste des centres.
  2. Transmise à l'équipe santé travail qui accompagne l'entreprise, la demande est analysée par le médecin du travail pour être validée ou non, selon les critères définis dans la loi et l'arrêté préfectoral.
  3. Si la demande est validée par le médecin du travail, un conseiller de prévention de notre cellule dédiée contacte l'adhérent pour lui expliquer les modalités du mode opératoire à mettre en place dans l'entreprise. L'ensemble de la démarche est expliquée, notamment les conséquences d'un test positif : isolement d'au moins 7 jours, recherche des cas contacts…
  4. Une visite préalable est organisée pour s'assurer des conditions logistiques de l'intervention : mesures de précaution déjà mises en place, conditions d'accueil de notre équipe, matériel mis à disposition, prise en charge de la désinfection.
  5. L'intervention est alors planifiée et réalisée par les infirmiers de notre cellule de tests rapides.

À noter | En cas de mauvaises conditions logistiques ou de sécurité sanitaire, le médecin du travail sera alerté et invitera l'entreprise à modifier les conditions d'accueil et d'organisation.


Les tests antigéniques sont réalisés par des professionnels de santé formés aux gestes nécessaires. Les résultats des tests seront renseignés sur le portail national d’enregistrement des résultats SI-DEP.


Tout comprendre sur les tests antigéniques

Quel objectif ?

Le test antigénique est un test rapide d’orientation diagnostique. Il cherche à déterminer si la personne est infectée par le virus SARS-CoV-2 en détectant les protéines (ou antigènes) produites par celui-ci. Il est réalisé sur un prélèvement nasopharyngé effectué par voie nasale à l’aide d’un écouvillon.

L’objectif principal est d’isoler le plus tôt possible les personnes atteintes.

Avantages et inconvénients

Ses avantages :

  • son résultat est disponible rapidement, en 15 à 30 minutes ;
  • sa lecture est facile ;
  • si le test est positif, les mesures d’isolement peuvent être mises en place immédiatement sans besoin de confirmation par test RT-PCR.

Ses inconvénients :

  • il est moins sensible et moins spécifique que le test PCR ;
  • il n’a pas d’intérêt en population générale pour des sujets asymptomatiques, sauf exception ;
  • il ne peut en aucun cas remplacer le dépistage par test RT-PCR.

Qui tester ?

Pour le dépistage collectif en entreprise, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande l’utilisation des tests antigéniques pour cibler des populations au sein desquelles le risque d’infection est plus important que dans la population générale :

  • suspicion de cluster,
  • circulation active du virus sur le territoire,
  • peu de renouvellement d’air,
  • insuffisance du respect de la distanciation sociale et des gestes barrières,
  • risque important de transmission du virus vers un grand nombre de travailleurs.

Parmi les salariés répondant à ces critères, seuls les salariés volontaires pourront bénéficier de cette action de dépistage rapide après avoir donné leur consentement éclairé au professionnel de santé du SSTRN.


La HAS ne recommande pas les tests antigéniques, notamment :

  • en cas de clusters connu,
  • les salariés présentant des symptômes depuis plus de 4 jours,
  • pour les salariés étant à risque grave de développer une forme grave de Covid-19.

Qui en a l’initiative ?

Après déclaration préalable à l'ARS via l’adresse suivante ars-dt44-contact@ars.sante.fr, c’est l’entreprise qui est à l’initiative du lancement du dépistage auprès de ses salariés via son service de santé au travail.

Qui prélève ?

Au sein du SSTRN, après avis favorable du médecin du travail de l’entreprise, le prélèvement est confié à un professionnel de santé formé de la cellule de tests rapide.

Qui finance les tests ?

Selon le protocole national du 29/10/2020, c’est l’employeur qui finance les tests, donc le coût unitaire est en général inférieur à 8 euros.
Pour des questions pratiques, le SSTRN fournira les tests et une contribution sera demandée à l'entreprise.


* Des évolutions pourraient intervenir courant janvier pour cibler des territoires où le virus est identifié comme circulant activement et où des entreprises sont expressément localisées. À la date de publication de cette article, nous sommes dans l'attente d'un décret ou d'instructions encadrant plus précisément la participation des services de santé au travail à ces campagnes de test.