Une pensée suicidaire sur quatre pourrait être liée au travail

Mots-clés : 

Selon l'Observatoire National du Suicide, plus de 9700 personnes se sont suicidées en 2012, portant le suicide loin devant la mortalité routière et ses 3426 victimes la même année. Les mécanismes restent difficiles à appréhender du fait des complexes raisons psychologiques, mais plus d'une personne sur quatre qui reconnaît avoir eu une pensée suicidaire l'associe à une raison professionnelle, travail ou chômage.

En France métropolitaine, en 2012, 9715 personnes se sont données la mort (dont 7305 sont des hommes), ce qui représente probablement plus de 10000 cas réels, le nombre de suicides étant généralement considéré comme sous-estimé de 10%. Dans son second rapport, l'Observatoire National du Suicide, créé en 2013, pointe évidemment plusieurs facteurs : la dépression, la violence, la maladie, la solitude, les addictions… Si les troubles pychologiques sont prédominants, les causes liées au travail sont identifiées par 27,3% des personnes délarant avoir eu une pensée suicidaire, 12% de ceux qui ont fait une tentative de suicide dans l'année faisant le lien avec le travail.

En région Pays de la Loire, 689 décès par suicide ont été constatés en 2012, concernant 519 hommes et 170 femmes, une proportion qui correspond à la répartition hommes/femmes dans la population. Les 45-49 ans sont les plus touchés, les 40-59 ans représentant même plus de 40% du total. Les cas de tentatives de suicide sont nombreux, 3655 personnes ayant été hospitalisées en 2013 (1437 hommes et 2218 femmes). Une étude particulière menée avec le centre de consultation de pathologie professionnelle du CHU d'Angers indique que 32% des patients font un lien entre le travail et leur tentative de suicide, principalement des employés et des professions intermédiaires, rapportant des problèmes d'organisation du travail, une mauvaise reconnaissance et un climat social dégradé. Des données toutefois à préciser, l'échantillon de cette étude étant statistiquement réduit.


Plus d'information sur le site du Mjnistère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.
Télécharger directement le rapport