La lutte contre les discriminations au travail est difficile

Mots-clés : 

Dans le monde du travail, aujourd'hui encore et malheureusement, les mentalités changent trop lentement pour que les discriminations aient disparues. Que ce soit pour une question de couleur de peau, d'origine ethnique ou sociale, d'apparence physique, de handicap, ou même pour une simple grossesse, les occasions sont nombreuses pour que les salariés concernés soient traités différemment.

Le Défenseur des droits a publié fin février son rapport annuel. Il y fait des constats inquiétant sur les discriminations au travail, qu'elles soient du fait de l'origine du salarié, d'un handicap, de son apparence physique… Ainsi, dans le secteur privé, c'est la moitié des demandes de saisine qui concerne les discriminations liées à l'emploi. Ces 50,8% représentaient en 2016 environ 5200 réclamations, un chiffre en progression de 7,4% depuis 2015. Les principaux motifs n'évoluent pas ou peu. La discrimination en raison de l'origine (9,1%) est toujours la plus exprimée dans notre pays, devant l'état de santé (8,7%) et le handicap (8,2%).

Si à l'embauche les problèmes sont souvent dus à l'origine ethnique ou sociale du candidat, voire à son profil sortant des normes sociales ou vestimentairs admises, les discriminations commises pendant la carrière professionnnelle touchent en premier lieu les femmes. Des femmes qui voient leurs conditions de travail se dégrader après l'annonce de la grossesse ou qui peinent à retrouver à leur retour le poste qu'elles occupaient avant.

Dans tous les cas, selon le Défenseur des drois, les solutions de recours restent difficiles à mettre en œuvre, et ce malgré les lois votées en 2016.


Lire l'article sur le site infoprotection.fr.
Consulter le rapport du Défenseur des droits